• Fer à coque .... ou coq ?



    coque01 p500



    Voici un   

    fer à coque



       vouiiiiii .....  et j'en fais quoi , moi, de ce fer à coque ?  


    et bien vous allez vous en servir pour gonfler les coques de vos rubans bien sûr !
    comment avez vous pu vous en passer jusqu'à maintenant  ?


    Bon, allez, soyons sérieux : il s'agit donc d'un petit instrument de repassage avec une tête en fer en forme d'oeuf, et un long manche terminé par une poignée en bois qui permettait de ne pas se brûler quand on retirait le fer de la braise.

    Celui que je vous montre fait 30 cm de long par exemple, mais il en existe de toutes les tailles, avec des têtes parfois énormes ou minuscules.

    coque02 p200

    Leur nom vient du fait qu'ils servaient beaucoup à mettre en forme
    les "coques" des rubans
    c'est à dire les boucles des noeuds faits avec des rubans

    Et oui, les noeuds et les rubans ont longtemps été un élément très apprécié pour orner les toilettes, on en mettait partout, on s'en couvrait parfois de la tête au pied

    Ainsi donc, selon la taille du ruban, il fallait bien sûr un fer à coque plus ou moins gros pour donner du gonflant aux boucles.




    On trouve souvent ce type de fer dans les brocantes, mais rarement le petit socle en bois qui va avec.

    Il  s'agit généralement d'un petit socle rond avec un trou au milieu dans lequel on piquait le manche en bois, après avoir fait chauffer le fer sur la braise.
    Ainsi le fer était-il à la verticale, et la repasseuse n'avait pas besoin de le tenir : elle avait les mains libres pour manipuler les rubans et se servir de la boule pour les repasser et les mettre en forme.

    Ce fer ne servait pas qu'aux rubans, il servait aussi beaucoup à donner du gonflant aux manches ballon, aux bonnets de dentelle, tous ces éléments si difficiles à repasser avec un fer plat qui écrase tout.

    On les appelaient aussi parfois fers à bouillonner


    coque03 p400
    Pour l'avoir essayé, je puis vous assurer que c'est vraiment magique pour donner du volume aux petites manches des anciennes robes d'enfants par exemple, aux dentelles froncées, aux coiffes ...

    Non, non, je n'ai pas mis mon fer coque sur la braise .... j'ai investi dans un fer ultra moderne

    " le fer à coque électrique universel "
    le Coq Babeth "



    "Ultra moderne" est peut être un peu exagéré, dans la mesure où ce fer date des années 1950.

    C'est à la fois très loin et très proche : dire que dans les années 50, on avait encore besoin de fer à coque, au point d'en créer une version électrique !


    Il est donc électrique, plus besoin de braises, et en plus vous avez vu :  il se tient droit tout seul !





    En position droite, le mode d'emploi dit qu'il est parfait pour "les velours, tissus gaufrés, nids d'abeille, smocks, voilettes, manches ballon, bouillonnés large"



    Mais en plus, le coq Babeth est équipé d'une astuce technique révolutionnaire :
    une béquille


    Vous êtes abasourdi(e)s  n'est-ce pas ?

    C'est normal, car imaginez que cette béquille, qui tourne autour de l'axe, vous permet de le pencher de tous les côtés!

    coque04 p300 coque08 p100





    Ainsi, la pointe en l'air comme sur la photo , il convient pour "toutes les fronces, volants de rideaux et autres, petites dentelle type Valenciennes".


    En position 3, pointe en bas, il servira aux 'hauts des manches, bouillonnées étroits, fronces entre les smocks, soutien-gorge, casquettes, mise en forme du feutre".



    En position 4, position couchée, il servira à "certains bouillonnés et les bords roulés des chapeaux".


    Enfin en position 5, à l'envers, on le prendra à pleine main pour "les pointes de col et l'ouverture des coutures"





    Ce fer a remporté  un "gros succès aux salons des arts ménagers" précise la notice
    et il fut médaillé d'or à Paris en 1950 et Bruxelles en 1953
    non mais .....


    mon fer coq  nécessite aujourd'hui un petit transformateur (merci Eric ) car il marche au 210.
    Mais j'ai vu qu'il en existait qui fonctionnaient au 220v , et je sais même qu'il s'en est fait avec thermostat  !
     oui madame !
    hyper pratique le thermostat (because le mien, je suis obligée de le débrancher  régulièrement pour ne pas qu'il chauffe trop et brûle les dentelles)

    coque05 p200


    La notice du Coq Babeth parle de chapeau
     et il semble effectivement que les fers à coque aient aussi servi aux chapeliers pour
    coquer
    c'est à dire à "donner une forme arrondie aux bords d'un chapeau"

    Dans leur "dictionnaire des textiles", M Baum et C Boyeldieu parlent du 
    coq 
    "petit fer à repasser à manche, il est terminé par une pièce sphérique ou oblongue, servant à tirer à chaud le tissu ou le feutre dans la fabrication des chapeaux"

    Je n'ai jamais su s'il s'agissait vraiment  du même fer que les fers à coques des repasseuses ?
    Si certain(e)s ont des infos plus pointues à ce sujet .....


    Si vous voulez vous régaler et voir toutes sortes de fers à repasser aux forme très inattendues parfois, vous pouvez vous plonger dans le petit ouvrage de F. Crestin-Billet : "La folie des fers à repasser" , vous y verrez entre autre bien sûr plusieurs modèles de fers à coque dont certains avec leur petit socle de blois.
    On trouve encore ce petit livre : 9,40€ , c'est pas une ruine.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 25 Février 2010 à 12:14
    Eh bé dis donc.... incroyable le temps que ça devait prendre de repasser un habit comportant dentelles ou galons à coques...
    2
    Jeudi 25 Février 2010 à 12:25
    Je ne connaissais pas du tout, on en apprend tous les jours. Merci pour toutes ces explications. A bientôt.
    3
    Jeudi 25 Février 2010 à 12:37
    C'est la première fois que j'en vois un ! 
    4
    Jeudi 25 Février 2010 à 12:41
    Non !!! Mais là alors!!!8 Tu nous fais baver, tu nous parles du livret, mais l'ustensile, lui ? Hein! Euhhh en plus, çà doit fonctionner avec les cheveux aussi! Tiens et le fer à friser pour remplacer ton fer à coques? Bon je divague, je sais, tu vois moi matin ou soir, quand çà va pas, la fatigue arrive, ben mes neurones se brouillent et me font taper n'importe quoi! Merci pour la présentation de ce bel ustensile que je ne connaissais pas! Si, si...........la honte!
    5
    Jeudi 25 Février 2010 à 13:02
    COCORICOOOOOOOOOOOOOOOO!!!!!!!!!! SUPER ARTICLE INTERRESSANT : CE FER SERAIT BIEN POUR REPASSER NOS MAGNIFIQUES COIFFES PROVENCALES.!!!!!!!!!..........idée à retenir s'il en existe encore  ?????MERCI POUR CE REPORTAGE et BRAVO .
    6
    Jeudi 25 Février 2010 à 13:40
    Je connaissais les fers à tuyauter mais pas les coques !
    dans les années 50 si je me souviens ce que disait ma mère, il y avait pénurie de matières (au point de défaire le côté d'un magnifique couvre-pied au crochet, ggrr) mais il fallait habiller les Baby Boomers, dont je suis !
    donc les mamans et grandes mamans ont fouillé dans les coffres du grenier et leur ont redonné vie, je pense...
    je transmets ta lettre à une amie qui était un vraie repasseuse professionnelle, elle saura !
    Amitiés, merci encore un super article
    7
    Jeudi 25 Février 2010 à 13:51
    Article bien intéressant et surtout on apprend tous les jours...
    J'aime beaucoup tout ce qui se rapporte au repassage (les fers, le matériel, etc...).
    Bravo donc pour cet article qui nous fait découvrir une autre facette de la vie d'antan.
    Où peut-on trouver un tel ustensile ? J'en avais jamais vu auparavant.
    Bravo une fois de plus pour cette leçon d'histoire toujours amusante à découvrir.
    8
    Jeudi 25 Février 2010 à 16:25
    je ne connaissais pas cette race de coq !!! très interessant!!!
    bisous..Muriel
    9
    Jeudi 25 Février 2010 à 17:56
    Bonjour,

    J'ai encore appris quelque chose, je ne connaissais absolument pas et n'en avais jamais entendu parlé.

    Merci de nous apprendre tout ça.

    Bonne soirée
    Marie-Hélène
    10
    Jeudi 25 Février 2010 à 20:16
    Chic alors tu as trouvé le super instrument pour linge et broderies anciennes, alors je vais te faire repasser mes antiquités : vieux chemisiers, dont un qui a de nombreux petits plis ainsi que des broderies au crochet identiques à celle qui est sous ton fer.
    11
    Jeudi 25 Février 2010 à 20:36
    et comment faisaient-elles pour juger de la chaleur d'un fer chauffé à la braise ????  comment faisaient-elles pour ne pas tout bruler et tout jaunir ??????
    L'habitude .... car elles devaient en passer des heures et des heures avec leur fer les lingères et les repasseuses.
    Ca devait être un bien dur métier, et elles devaient avoir des biceps en acier avec tous ses fers hyper lourds d'autrefois ! 
    ... sauf le gentil fer à coques qui tenait debout tout seul
    12
    Jeudi 25 Février 2010 à 20:39
    et je trouve que c'est un joli outil ... enfin moi je n'en ai qu'un seul, mais quand on en voit toute une collection,avec leur boule (ou plutôt oeuf) de grosseurs différentes, toutes lisses et douces ... je trouve ça joli ....

    et puis très pratique : je pense qu'on n'avait pas intéret à trop casser les pieds au repasseuses : en bon coup de fer à coques sur le crane ... ça doit calmer
    13
    Jeudi 25 Février 2010 à 20:41
    Maintenant que tu as repéré ... tu verras qu'on en voit souvent quand même dans les brocantes et sur les sites de ventes internetEnfin, surtout des fers à coque ancien.

    Mais on trouve quand même assez régulièrement des coqs Babeth .... à tous les prix même les plus extravagants hélas !
    14
    Jeudi 25 Février 2010 à 20:43
    si un jour tu arrives à te faire des frisettes avec un fer à coques .... on veut des photos de la séance, ça doit valoir le coup
    15
    Jeudi 25 Février 2010 à 20:45
    Oui oui ça existe encore en brocante ....  Je me suis acheté le mien sur "le bon coin".
    Le truc, c'est d'être sûre qu'il fonctionne encore par contre.

    Le mien a encore sa garantie ... sans limite de date !
    Donc s'il tombe en panne, je vai direct chez Darty ou Boulanger ..... j'imagine la tête de leur SAV
    16
    Jeudi 25 Février 2010 à 20:47
    Ah n'est-ce pas que c'est pratique !
    On peut  enfin repasser les toutes petites manches .... sans tout écraser.
    C'est même   GENIAL ... faut le dire !
    17
    Jeudi 25 Février 2010 à 20:49
         j'en riais encore en préparant mon article.
    Qui pourait imaginer qu'un coq Babeth fasse se tordre de rire (rire à en pleurer !) une trentaine de personne un jour de Noël ?      
    Ca fait quand même un bon souvenir, hein ?
    18
    Jeudi 25 Février 2010 à 20:59
    J'adore aussi toutes les techniques anciennes de repassage,
    du genre : 
    ici

    mais j'ai bien dit  .... les techniques anciennes .... car quand on voit le temps que je laisse traîner la pile de linge à repasser, on devine que c'est pas ma tasse de thé "en vrai"

    ... sauf s'il s'agit de passer un temps fou à repasser avec délicatesse une petite dentelle ou une petite robe d'enfant aux manches bouffantes et aux centaines de petits plis religieuse
    19
    Jeudi 25 Février 2010 à 21:03

    On trouve facilement les anciens fers à coques avec manche sur les brocantes.
    On en trouve aussi pas mal sur les sites de vente genre le bon coin ou ebay

    On trouve aussi de temps en temps des coqs Babeth, le tout est de voir leur état, s'ils fonctionnent, sur quel voltage .... et à quel prix surtout

    J'ai acheté le mien sur le bon coin car je l'ai trouvé en plus avec sa boîte d'origine, son mode d'emploi .... et sa garantie !

    20
    Jeudi 25 Février 2010 à 21:04
    et tu vas rêver que tu repasses des centaines de rubans multicolores ?
     je crois que ça sera un joli rêve

    Bonne nuit Coco .......
     
    21
    Jeudi 25 Février 2010 à 21:08
    Claudia .... on est complémentaires toutes les deux : j'avais vu cet article et je voulais le mettre en lien dans mon article, et pfffft .... oublié

    heureusement que tu es là !

    22
    Vendredi 26 Février 2010 à 12:52
    Je ne connaissais absolument pas. Merci pour cet article encore très intéressant.
    23
    Samedi 27 Février 2010 à 17:44

    Oui, les modistes utilisent un fer à coque pour mettre en forme les chapeaux. La différence entre le modèle de modiste et celui de lingère est dans la forme du pied : une carotte, comme sur la photo qui illustre l'article, pour les modistes ; un socle pour celui des lingères.

    24
    Dimanche 28 Février 2010 à 09:42
    Je dois dire que ceux que j'ai inventoriés, lorsque je suis tombée dessus, je me suis bien demandée à quoi ça pouvait servir… Après qu'on m'ait expliqué, lorsque j'ai entamé l'inventaire des bonnets, coiffes et autres pièces comme les brassards de communiante, j'ai bien compris leur utilité ! Mais je ne rêve pas de m'en servir, moi et le repassage, ça fait deux !
    25
    Dimanche 28 Février 2010 à 18:23
    avec du retard ..... merci pour vos encouragements, et j'espère que vous continuerez à prendre plaisir à rendre une petite visite à ce blog
    26
    Dimanche 28 Février 2010 à 18:24
    par contre, ne compte pas sur lui pour te réveiller le matin, je ne l'ai jamais entendu chanter ! 
    27
    Dimanche 28 Février 2010 à 18:27
    il faut dire aussi que quand on voit ces fers à coques .... c'est pas évident de deviner à quoi il pouvaient servir, alors on y fait pas trop attention.
    28
    Dimanche 28 Février 2010 à 18:28
    d'accord,  je te ferai signe  ..... quand je serai à la retraite !
    29
    Dimanche 28 Février 2010 à 18:31
    Il faut dire qu'on n'a plus besoin de ce type de fers aujourd'hui, c'est normal qu'ils tombent dans l'oubli.
    Mais c'est bien aussi qu'ils sortent de l'oubli, non ?
    30
    Dimanche 28 Février 2010 à 18:33
    1000000000000000000  mercis pour ce complément, avec plein de petits détails qui donnent vie à cet article.  On s'y croirait, super !  
    31
    Dimanche 28 Février 2010 à 18:38
    Merci Thomas pour ce complément d'info, merci d'avoir pris la peine de répondre à mon interrogation sur les outils de modiste, super gentil de votre part
    32
    Dimanche 28 Février 2010 à 18:43
    Passer 1/2 heure à repasser serviettes et torchons, ou encore pire des chemise!
    NONNNNNN   j'aime pas !!!!!!

    Mais passer une heure pour repasser une petite coiffe avec plein de petits volants en dentelle, pour rien, pour la voir dans toute sa splendeur .... avant de la mettre dans une boîte où elle va se refroisser .... ben ça j'aime 

    j'ai un doute tout d'un coup   suis-je normale ?
    33
    Dimanche 21 Mars 2010 à 14:43

    J'adore
    j'en redemande !
    merciiiii

    au fait ... je suis allée fouiner sur le net
    pour le fer coque, j'ai compris, c'est un "outil commun" .
    Mais pour vos connaissances en fuseaux ..... c'est plus énigmatique

    et les pirates  ? 
    pirates informatiques ou pirates propriété intellectuelle-création ?


    34
    Lundi 22 Mars 2010 à 14:45
    Merci Thomas c'est tres interessant !
    35
    Samedi 27 Mars 2010 à 08:45
    c'est une encyclopédie, n'est-ce pas ? 
    et merci à lui de partager
    36
    Mercredi 15 Septembre 2010 à 17:10

    Et non, je suis désolée mais je n'ai aucune adresse à vous indiquer.

    Merci en tout cas pour votre petit commentaire.

    37
    Michèle
    Vendredi 31 Août 2012 à 20:10

    Mais bien sûr, "le coq" fut trés pratique à Maman pour nos robes, barboteuses à smocks . J'en ai hérité et je m'en sers non pas pour les rubans, mais lors des lessives des poupées oui, oui rien de tel pour les corsages ou jupes froncées des amies de nos petites filles; Merci pour tous vos articles Amitiés

     

    38
    nicole
    Vendredi 31 Août 2012 à 20:10
     et bien merien tu as pas tout dit sur le fer babeth,rappel toi le noel chez annick et gilles,bon aller ta raison cela est une histoire de famille.
    39
    coco28
    Vendredi 31 Août 2012 à 20:10
    Je suis comme les copinautes, je ne connaissais pas non plus OUPS !!
    Ce qu'il y a de bien avec toi, c'est qu'au moins, on va au lit le soir un peu moins bête que le matin.
    Merci Meriem de nous faire partager ta science et tes trésors.
    Bises.
    40
    claudia
    Vendredi 31 Août 2012 à 20:10
    Ce petit fer à repasser les coques m'a bien plu. Du coup, j'en ai trouvé d'autres sur ce site:
    http://www.gastronomica.be/fr/pg/pg-005_3_07.html
    J'ai jeté un coup d'oeil rapide, mais ça a l'air interessant.
    41
    siminou42
    Vendredi 31 Août 2012 à 20:10
    Bonjour Meryem
    bonne soirée
    Bravo et merci pour votre recherche avec autant de détails.
    42
    MARIE-PERLE
    Vendredi 31 Août 2012 à 20:10
    J'ai connu les fers à coque pour repasser les velours, à défaut on prenait un fer à repasser normal que l'on retournait (comment il tenait j'ai oublié)
    Pour ce qui est du thermostat (inexistant) on approchait la plaque du fer de sa joue ou, pour les plus expérimentées un index mouillé de salive prestement appliqué sur le fer donnait une indication de la température (20°, 100, 200 OU ..... 1000 / à ce degré on n'avait plus d'index !!
    je plaisante, car je n'ai jamais vu une repasseuse avec 3 doigts et le pouce)
    Par contre le principe du fer à friser était également appliqué pour le tuyautage des coiffes des boulonnaises très fortement amidonnées.
    En ce qui concerne les chapeaux, le feutre était soumis à un jet de vapeur de la bouilloire sur la cuisinière et ensuite déformé au fer pour obtenir le modèle souhaité : cette opération était assez longue et dangeureuse. Avec un fer plat, pour des tissus délicats ou pour repasser les coutures d'un vêtement on intercalait une patte-mouille (tissu humidifié) ou on mouillait carrément la couture pour obtenir la netteté nécessaire.
    Voilà une partie de mes souvenirs d'enfance, ça ne ma rajeunit pas !

    AMITIES A TOUTES
    BONNE SOIREE     
    43
    thomas
    Vendredi 31 Août 2012 à 20:10

    Le fer sur la première photo est un fer de modiste, ou fer à coquer, reconnaissable à la carotte de bois qui lui sert de manche. il est utilisé soit a main levée pour la mise en forme ou le repassage des chapeaux, soit posé sur un étau (en position verticale) pour le détirage (coquage) des matériaux. Le fer de lingère est emmanché sur un support en bois comme pour le babeth

    Pour vérifier la température d'un fer, il suffit de jeter une goutte d'eau sur la semelle. 

    La goutte d'eau s'étale et s'évapore lentement.Le fer est tiède, environ 150°. Cette température convient pour le repassage de la soie, du nylon, de la rayonne.

    La goutte d'eau grésille et s'évapore vite. Température entre 180° et 200°. Cette température permet de repasser les mêmes fibres que précédemment (soie, nylon, rayonne) si elles sont humides. Elle convient également pour la laine. 

    La goutte d'eau éclate en petites perles qui roulent sur la semelle. Température entre 210° et 230°. C'est la bonne température pour le repassage du coton humide, le repassage et le glaçage de la sparterie, de la singalette... 

    La goutte d'eau est projetée brusquement. Température supérieure à 250°. Le fer est trop chaud.

    Bon repassage !

    44
    mellira
    Vendredi 31 Août 2012 à 20:10

    lres informations sur les fer à coq sont trés intéressantes, je suis à la recherche d'un fer à tuyauter  électrique pour des coiffes de provençales, auriez vous une adresse d'un fournisseur éventuel  merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :